top of page
  • Photo du rédacteurMarc Heidmann

Patanjali vs Sadhguru

Dernière mise à jour : 5 août 2023

Les 8 membres du Yoga de Patanjali et le Yoga de Isha


Patanjali est l’un des Yogis dont Sadhguru, le fondateur du Yoga de Isha, fait le plus référence et lui accorde un très grand respect. J’en veux pour preuve la statue de Patanjali qui se trouve à l’entrée du temple du Dhyanalinga dans son ashram à Coimbatore. Grand Yogi et figure historique associée à la compilation des Yoga Sutras, qui sont un ensemble d'aphorismes décrivant les pratiques et la philosophie du yoga, Patanjali est généralement considéré comme ayant vécu il y a environ 3 000 ans.





Les Yoga Sutras de Patanjali sont un texte fondamental dans l'étude et la pratique de la philosophie du yoga, et ils continuent à influencer les pratiquants de yoga jusqu’à nos jours. Ses enseignements offrent des clés de compréhension sur la nature de l'esprit humain, le chemin vers la paix intérieure et la réalisation de soi, ainsi que les moyens de surmonter la souffrance et d'atteindre la libération spirituelle grâce à la pratique du yoga.



Dans cet article nous allons tenter de rapprocher les pratiques du Yoga de Isha avec ces 8 membres du Yoga. L’objectif n’est pas de garantir la véracité du classement que l’on propose, mais davantage de rendre hommage aux pratiques de Isha et aux Yoga Sutras. Il s’agit pour cela d’illustrer à quel point le Yoga de Isha est diversifié et complet, mais aussi d’en parler sous des angles différents à travers le cadre proposé par Patanjali. En effet, on a conscience que les pratiques de Isha intègrent bien souvent plusieurs membres du Yoga de Patanjali de façon explicite ou implicite. Toutefois, certaines vont peut-être faire ressortir plutôt l’un des 8 membres, plutôt que les autres. Et on le mettra alors en évidence.



Dans les Sutras, Patanjali commence par cette fameuse phrase : … Et maintenant Yoga. Voyons tout d’abord ce que Sadhguru nous partage à ce sujet :

Dans les Yoga Sutras, Patanjali distingue 8 membres du Yoga. Nous allons les partager et les définir les uns à la suite des autres. Et pour chacun des membres, nous partagerons les pratiques de Isha qui nous semble pouvoir être classifiée dans cette rubrique.



1) Yama, Premier membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Yama" est le premier membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, qui forme le fondement éthique et moral de la pratique du yoga. "Yama" est souvent traduit en français comme "contraintes" ou "principes éthiques." Ce sont des règles de conduite universelles qui guident les pratiquants du yoga dans leur comportement envers les autres et envers eux-mêmes. Les Yamas sont considérés comme les valeurs fondamentales à cultiver pour vivre une vie éthique et harmonieuse.

Les cinq Yamas sont :

  • Ahimsa (Non-violence) : Ahimsa signifie la non-violence envers tous les êtres vivants, y compris les humains, les animaux et l'environnement. La pratique d'Ahimsa consiste à cultiver la compassion, la bienveillance et à éviter de causer intentionnellement du tort à autrui.

  • Satya (Vérité) : Satya fait référence à la vérité et à l'honnêteté dans la parole et dans les actions. La pratique de Satya consiste à être authentique, à dire la vérité avec bienveillance et à ne pas mentir ni tromper les autres.

  • Asteya (Non-vol) : Asteya signifie ne pas voler ou prendre ce qui ne nous appartient pas. Cela inclut non seulement les biens matériels, mais aussi les idées, le temps et l'énergie des autres. La pratique d'Asteya implique d'être satisfait de ce que l'on a et de respecter la propriété d'autrui.

  • Brahmacharya (Maîtrise de l'énergie) : Brahmacharya fait référence à la maîtrise de l'énergie et du désir sexuel. Cela ne signifie pas nécessairement l'abstinence, mais plutôt utiliser l'énergie créatrice de manière équilibrée et responsable. La pratique de Brahmacharya encourage à canaliser l'énergie vers des objectifs plus élevés.

  • Aparigraha (Non-possessivité) : Aparigraha signifie la non-possessivité et la non-attachement aux biens matériels. La pratique d'Aparigraha consiste à éviter l'avidité et le désir excessif de posséder plus que nécessaire, et à se libérer des attachements matériels.

Les Yamas sont des principes universels qui transcendent les différences culturelles et religieuses. Ils servent de base solide pour la vie éthique et sont essentiels pour progresser sur le chemin du yoga et de la réalisation de soi. Les pratiquants du yoga sont encouragés à intégrer les Yamas dans leur vie quotidienne, en développant une attitude de respect envers eux-mêmes, les autres et le monde qui les entoure. En cultivant ces valeurs, les individus peuvent vivre dans l'harmonie avec eux-mêmes et avec la communauté dans laquelle ils évoluent.


Il ne semble pas y avoir d’équivalent direct des Yamas dans l’enseignement de Sadhguru. Toutefois, les nombreuses vidéos de lui sur Youtube permettent de toucher du doigt chacune des règles éthiques qui sont partagés dans les Yoga Sutras. Par exemple, la non-violence est mentionnée comme une conséquence naturelle à la réalisation dans notre expérience que nous sommes Un. En d'autres termes qu’il n’y a pas mon énergie de vie ou la tienne, mais bel et bien une seule et unique énergie de vie qui se manifeste de différentes manières. Lorsque cela n’est pas qu’une idée conceptuelle mais une prise de conscience profonde, Sadhguru explique qu’il n’y a plus besoin d’enseigner la non-violence car on agira avec autrui avec la même générosité et gentillesse qu’on agit avec soi-même. On peut aussi retrouver ce concept dans les conseils alimentaires qu’il partage. À savoir, un régime végétarien, notamment pour minimiser la violence envers les animaux.


Les autres Yamas peuvent aussi être mentionnés dans certains discours de Sadhguru. Bien que là encore, il n’explicite pas directement ces concepts et encore moins leurs liens avec Patanjali et les Yogas Sutras. On pourrait donc dire que c’est l’un des membres les moins directement représenté dans le Yoga de Isha.


Toutefois, dans le programme Inner Engineering, ingénierie intérieure, Sadhguru a mis en avant 5 phrases qu’il englobe sous le nom de “crash course”, cours accéléré. Bien que ces cinq phrases ne reprennent pas spécifiquement le contenu des Yamas, on retrouve cette idée d’avoir quelques concepts simples, alignés avec la vie, pour que nous créons dans notre situation de vie les meilleurs conditions pour notre développement en tant qu’être humain.



2) Niyama, Second membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Niyama" est le deuxième membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, après les pratiques de Yama. "Niyama" est souvent traduit en français comme "observances personnelles" ou "règles de conduite personnelle." Les Niyamas sont des principes éthiques et des pratiques de développement personnel qui aident à cultiver une attitude positive envers soi-même et à favoriser une transformation intérieure. Ils complètent les Yamas en se concentrant sur l'harmonie intérieure et le développement de qualités positives.

Les cinq Niyamas sont les suivants :

  • Saucha (Pureté) : Saucha fait référence à la pureté, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Cela inclut la propreté du corps et de l'environnement, ainsi que la pureté des pensées et des émotions. La pratique de Saucha consiste à nettoyer et à purifier le corps, l'esprit et l'environnement pour favoriser la clarté mentale et la paix intérieure.

  • Santosha (Contentement) : Santosha signifie le contentement et la satisfaction avec ce que l'on a, sans désir excessif de possessions matérielles ou d'expériences extérieures. La pratique de Santosha consiste à cultiver une attitude de gratitude et à trouver la satisfaction dans l'instant présent, en acceptant les circonstances de la vie telles qu'elles sont.

  • Tapas (Discipline) : Tapas fait référence à la discipline et à la persévérance dans la pratique du yoga et dans la vie quotidienne. Cela implique de cultiver la volonté et de faire preuve de détermination pour surmonter les obstacles et les habitudes négatives. La pratique de Tapas aide à développer la force mentale et la résilience.

  • Svadhyaya (Étude de soi) : Svadhyaya est l'étude de soi et l'auto-réflexion. Cela inclut la lecture de textes sacrés, la réflexion sur ses propres actions et motivations, et la recherche de la connaissance de soi. La pratique de Svadhyaya favorise la prise de conscience de ses schémas mentaux et comportementaux, et encourage la croissance personnelle.

  • Ishvara Pranidhana (Dévotion à l'Universel) : Ishvara Pranidhana signifie la dévotion à l'universel ou à une puissance supérieure. Cela implique de se soumettre à une force supérieure et de faire confiance à l'ordre de l'univers. La pratique d'Ishvara Pranidhana permet de lâcher prise du contrôle excessif et de cultiver l'humilité et la foi.


Les Niyamas sont des pratiques de développement personnel qui visent à favoriser une croissance spirituelle et un bien-être intérieur. En cultivant ces qualités positives, les individus peuvent établir une base solide pour la pratique du yoga et pour une vie équilibrée et épanouissante. Les Niyamas sont des aspects importants de l'éthique du yoga, et leur pratique régulière peut aider à améliorer la relation avec soi-même et avec le monde qui nous entoure.


Tout comme dans les Yamas, les Niyamas ne sont pas partagés explicitement par Sadhguru en faisant le lien direct avec les Yogas Sutras. Néanmoins, ces 5 codes de conduites sont beaucoup plus souvent mentionnés et valorisés dans l’enseignement de Sadhguru que les Yamas. Principalement, tapas, la discipline, est une des clés les plus importantes mises en avant pour tirer un maximum de bénéfices du Yoga de Isha. Selon Sadhguru, les pratiques de Yoga ne sont pas faites pour être pratiquées dans un studio de Yoga, les yeux ouverts, une fois par semaine. Il ironise d’ailleurs à ce sujet en parlant des Yogis du week-end. La pratique du Yoga a été créée pour être pratiquée tous les jours sans exception pendant de nombreuses années et potentiellement seul avec soi-même, principalement les yeux fermés. La notion de discipline est donc au coeur de l’enseignement de Sadhguru afin que l’on puisse avancer dans notre développement.



"Discipline ne veut pas dire contrôle. Discipline veut dire avoir le sens de faire exactement ce qui est nécessaire" - Sadhguru


Le contentement est probablement le concept le plus repris dans le cours accéléré de l’ingénieure intérieure. En effet, la notion du contentement est en forte résonance avec les deux phrases : “les règles sont mes règles” et “ce moment est inévitable”. Il s’agit ici de s’aligner avec la vie telle qu’elle est, sans résistance. Il est alors possible de reprendre la main sur son état intérieur et de ne pas vivre une vie accidentellement heureuse et malheureuse en fonction des conditions extérieures. On est bien dans le contentement.


La notion de pureté est en fort lien entre les phrases de l'ingénierie intérieure (“je suis une mère pour le monde” et “ma responsabilité n’a pas de limite”) avec la pureté. Il s’agit ici de faire le meilleur pour soi et pour son environnement. On peut alors franchir la barrière, voire l’illusion, de l’individualité isolée dans un monde.


“je ne suis pas le corps, je ne suis pas même le mental” de l'ingénierie intérieure résonne principalement avec la notion d’étude de soi que met en avant Patanjali. Il s’agit alors de conscientiser qu’il y a en réalité une distance entre qui nous sommes et nos outils : le mental et le corps. On peut alors petit à petit se connaître en retirant les fausses identifications.


La notion de dévotion à l'universel est très fréquente dans l’enseignement de Sadhguru. Lui-même partage dans certaines vidéos qu’il est dévoué à Shiva. Dans d’autres, il explique qu’il est dévoué à nous, ceux qui le suivent. Il partage le fait que l’important n’est pas tant l’objet de la dévotion, mais l’état lui-même de dévotion qui permet de vivre une vie profondément épanouissante et complète.


Pour conclure sur ce second membre des Yoga Sutras de Patanjali, ils sont très présents dans l’enseignement de Sadhguru que ce soit dans ces vidéos YouTube ou dans le programme d’ingénieurie intérieure.



3) Asana, Troisième membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Asana" est le troisième membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, après les pratiques de Yama et Niyama. "Asana" est souvent traduit en français comme "posture" ou "position." Il s'agit des différentes positions physiques et des exercices de yoga qui sont conçus pour renforcer, assouplir et équilibrer le corps physique, tout en favorisant une meilleure santé mentale et émotionnelle. Les asanas sont l'une des pratiques les plus connues et accessibles du yoga et sont souvent utilisés pour améliorer la santé, détendre le corps et préparer l'esprit à la méditation.

Aspects clés et principes des asanas :

  • Stabilité et alignement : Les asanas sont conçus pour offrir stabilité et alignement au corps. En utilisant des postures spécifiques, les praticiens travaillent à maintenir une position équilibrée tout en renforçant les muscles et en améliorant la posture.

  • Souplesse et équilibre : Les asanas aident à développer la souplesse dans les articulations et les muscles, ce qui améliore la mobilité et l'équilibre du corps.

  • Respiration consciente : Pendant les asanas, l'accent est mis sur la respiration consciente et coordonnée avec les mouvements du corps, ce qui favorise la relaxation et aide à réduire le stress.

  • Présence mentale : La pratique des asanas encourage la présence mentale et l'attention au moment présent, en se concentrant sur les sensations du corps pendant les postures.

  • Évacuation des toxines : Les asanas contribuent à stimuler la circulation sanguine et le système lymphatique, ce qui favorise l'élimination des toxines du corps.

  • Bienfaits sur la santé : Les asanas peuvent améliorer la santé globale en renforçant le système musculo-squelettique, en améliorant la digestion, en régulant le système hormonal et en réduisant le stress et l'anxiété.

  • Méditation en mouvement : Les asanas peuvent être considérées comme une forme de méditation en mouvement, car elles permettent aux pratiquants de se connecter à leur corps et à leur esprit de manière holistique.

  • Préparation à la méditation : Les asanas préparent le corps et l'esprit à la méditation (Dhyana) en améliorant la flexibilité, la stabilité et en créant un état de calme mental.

Les asanas constituent un élément essentiel de la pratique du yoga, car ils favorisent la santé et le bien-être physique, mental et émotionnel. Ils sont accessibles à tous les niveaux de condition physique et peuvent être adaptés en fonction des besoins individuels. La pratique régulière des asanas peut aider à équilibrer le corps et l'esprit, à réduire le stress, à améliorer la conscience de soi et à préparer le chemin pour des pratiques de méditation plus profondes. Il est recommandé de pratiquer les asanas sous la supervision d'un enseignant qualifié pour éviter les blessures et obtenir les bienfaits optimaux.


Dans le Yoga de Isha de Sadhguru, les asanas ont une place prépondérante. Que ce soit le Upa-Yoga enseigné en ligne, comme Yoga Namaskar, le Hatha Yoga enseigné en présentiel, comme Surya Kriya, Surya Shakti, Angamardana et yogasana, les asanas sont très présents dans le Yoga de Isha. Pour en savoir plus sur ces pratiques, n'hésite pas à faire un tour sur notre chaîne Youtube du Centre Nectar notamment.


Sadhguru a partagé qu’il n’aurait pas forcément enseigné autant le Hatha Yoga spontanément, mais plutôt certains kriyas, processus d’énergie interne, comme Shambhavi Mahamudra Kriya ou Shakti Chalana Kriya, qu’on verra par la suite. Mais comme la demande dans le monde pour les asanas a explosé ces dernières années, et qu’il a perçu la qualité parfois discutable de ce qui était transmis, il a souhaité offrir le Hatha Yoga dans sa forme la plus intègre et profonde.




Aujourd’hui, il forme chaque année plus d’une centaine de professeurs des quatre coins du monde qui suivent un entrainement très intense en Inde pendant 5 mois. Les pratiques sont enseignées de sorte à ce qu’elles puissent être pratiqué comme dans des temps ancestraux : en autonomie et principalement les yeux fermés.


Les asanas sont utilisés comme une étape préparatoire pour aller plus en profondeur dans la méditation. Sur le plan physique, il est très délicat de rester assis sans bouger, à l’aise, pendant plusieurs heures. Cela nécessite en réalité des heures et des heures de pratiques d’Asanas pour pouvoir s’assoir convenablement. Mais l'impact et les bénéfices des asanas vont beaucoup plus loin que la dimension physique. Il y a aussi des dimensions liées à la connaissance, aux émotions, à l'énergie et aux dimensions plus subtiles encore. Fondamentalement, les asanas permettent d’augmenter les perceptions. Le Hatha Yoga est une véritable science du fonctionnement du système humain qui peut nous amener à l’Union Ultime. Sur ce chemin, les asanas apportent un équilibre et une béatitude qui permet de vivre pleinement épanoui.


Sadhguru parle de ce lien entre les asanas et la connaissance :




Dans les traditions yogiques, les pratiquants choisissaient une seule posture, un sul asana, dans laquelle ils s’installaient pendant des heures. Dans le Yoga de Isha, on va réaliser plusieurs postures pendant plusieurs secondes ou minutes. La combinaison de posture est pré-établie de sorte à ce que cela soit équilibré. En effet, il est important que les pratiques ne nous rendent pas incompatibles avec la vie en société du monde moderne.


Il y a de nombreux professeurs de Hatha Yoga en France qui enseignent les pratiques de Hatha Yoga de Isha lors de stage de 2 jours. Au Centre Nectar, nous enseignons les pratiques lors de retraites et de Parcours qui facilitent une transformation intérieure profonde et durable. Sur notre chaîne youtube tu pourras trouver d’autres informations sur les pratiques des asanas de Isha et sur nos formules.




4) Pranayama, quatrième membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Pranayama" est le quatrième membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, après les pratiques de Yama, Niyama et Asana. "Pranayama" est souvent traduit en français comme "contrôle du souffle" ou "maîtrise du souffle." Il s'agit d'une série de techniques de respiration yogique visant à réguler et à contrôler le souffle (prana) pour améliorer la santé physique, mentale et spirituelle. Le souffle est considéré comme une force vitale qui relie le corps et l'esprit, et le pranayama permet de purifier et d'équilibrer cette énergie vitale pour favoriser l'harmonie et l'équilibre global.

Aspects clés et principes du Pranayama :

  • Techniques de respiration : Le Pranayama comprend diverses techniques de respiration, telles que l'allongement du souffle, la rétention du souffle et le contrôle des voies nasales pour influencer le flux du prana dans le corps.

  • Vitalité physique : Le Pranayama stimule la circulation sanguine, l'apport d'oxygène et la purification des organes internes, ce qui contribue à une meilleure santé physique et à une vitalité accrue.

  • Apaisement du mental : En régulant le souffle, le Pranayama apaise le mental, réduit le stress et favorise la relaxation profonde.

  • Équilibre émotionnel : La pratique régulière du Pranayama aide à équilibrer les émotions en calmant les réponses émotionnelles excessives et en favorisant un état d'esprit stable et paisible.

  • Contrôle de l'énergie vitale : Le Pranayama permet de contrôler la circulation du prana dans les canaux énergétiques (nadis) et les centres d'énergie (chakras), ce qui facilite un équilibre énergétique et une meilleure concentration.

  • Préparation à la méditation : Le Pranayama est une préparation essentielle à la méditation (Dhyana) en calmant l'esprit et en créant un état de clarté et de calme mental.

  • Conscience de la respiration : La pratique régulière du Pranayama développe la conscience de la respiration, ce qui permet de mieux comprendre le lien entre la respiration et l'état mental.

  • Transformation spirituelle : Le Pranayama est considéré comme un moyen de libérer les blocages énergétiques et de favoriser une transformation spirituelle en se connectant à la dimension subtile de l'être.

Le Pranayama est une pratique essentielle dans le yoga, car il permet de cultiver la conscience du souffle, d'équilibrer l'énergie vitale et de préparer l'esprit à des états méditatifs plus profonds. Il sert de pont entre les pratiques externes d'asana et les pratiques internes de méditation et de réalisation de soi. La pratique régulière du Pranayama contribue à améliorer la santé globale, la concentration, la clarté mentale et le bien-être émotionnel. Il est important de pratiquer le Pranayama sous la supervision d'un enseignant qualifié pour assurer une pratique appropriée et sûre.


La pratique phare du Yoga de Isha qui pourrait correspondre à ce quatrième membre des Yogas Sutras de Patanjali, est Shakti Chalana Kriya, qui signifie : processus d’énergie interne pour prendre en charge ses énergies. Au tout départ, cette pratique était enseignée sous le nom de “Pranayama”. Donc la classer dans cette rubrique semble particulièrement faire sens. Cette pratique est une suite de processus puissants de purification qui augmente le flux d’énergie vital disponible. Elle est enseignée conjointement avec la pratique, Shoonya, qui est une méditation dont on parlera par la suite.



Il y a aussi d’autres pratiques du Yoga de Isha qu’on pourrait classer dans ce membre avec notamment, nadis shuddhi, bastrika Kriya, ou encore Shambhavi Mahamudra Kriya.




Le Yoga de Isha propose donc un vaste panel de pranayamas qui vont avoir des bénéfices très forts et particulièrement adaptés à la vie dans le monde moderne : plus de vitalité, moins de conditionnement et de blocages psychologiques, plus de calme, etc. Tout comme les asanas, les pranayama ne nécessite aucun matériel, si ce n’est éventuellement un tapis de yoga, ce qui les rend là encore particulièrement facile à mettre en place dans un quotidien moderne. Ce membre des Yogas Sutras constitue la transition entre les 3 premiers, plutôt purificateur par nature, avec les quatre suivants qui sont plutôt par nature illuminant.


5) Pratyahara, cinquième membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Pratyahara" est le cinquième membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, après les pratiques de Yama, Niyama, Asana et Pranayama. "Pratyahara" est souvent traduit en français comme "retrait des sens" ou "contrôle des sens." Il implique de tourner l'attention vers l'intérieur et de se détacher des stimuli externes des sens tels que les images, les sons, les goûts, les odeurs et les sensations physiques. Il ne s'agit pas de supprimer les sens, mais plutôt de se détacher consciemment de leur influence pour éviter d'être submergé ou distrait par le monde extérieur. En retirant les sens, l'esprit devient plus calme, ce qui permet de se tourner vers l'intérieur et de se préparer à des états de méditation et d'introspection plus profonds.

Aspects clés et principes de Pratyahara :

  • Contrôle des sens : Pratyahara consiste à développer la maîtrise des sens plutôt que de les laisser dicter nos expériences et émotions. C'est comme dompter les chevaux sauvages des sens et les guider vers un état de calme intérieur et de concentration.

  • Préparation à la méditation : Pratyahara joue un rôle crucial dans la préparation de l'esprit aux étapes supérieures de la méditation. En retirant l'attention des stimuli externes, l'esprit devient moins dispersé, ce qui facilite la concentration et l'accès à des niveaux plus profonds de conscience.

  • Intégration avec Asana et Pranayama : Pratyahara est intégré aux pratiques d'asana et de pranayama. En détournant leur attention vers l'intérieur pendant les asanas et pranayamas, les pratiquants commencent à cultiver la compétence de Pratyahara en se détachant des distractions et des influences externes.

  • Pleine conscience : Pratyahara améliore la pleine conscience en créant un sentiment d'observation intérieure. Les pratiquants deviennent plus conscients de leurs pensées, émotions et sensations corporelles sans être submergés par les distractions externes.

  • Voyage intérieur : Pratyahara initie un voyage intérieur d'auto-exploration et de prise de conscience. En retirant les sens, les pratiquants peuvent explorer les couches plus profondes de la conscience et se connecter à leur essence intérieure.

  • Équilibre et sérénité : En pratiquant Pratyahara, les individus développent un sentiment d'équilibre et de sérénité. Ils deviennent moins réactifs aux stimuli externes et sont mieux capables de répondre aux situations avec clarté et calme.

Pratyahara est une étape essentielle sur le chemin du yoga, car il aide les pratiquants à dépasser le monde extérieur et à commencer à explorer les aspects plus subtils de leur être. Grâce à ce processus de retrait des sens, les individus peuvent développer un plus grand contrôle sur leur esprit et leurs émotions, ce qui conduit à la paix intérieure, à l'insight et à la croissance spirituelle. Il sert de pont entre les pratiques externes d'asana et de pranayama et les pratiques internes de méditation et de réalisation de soi.


Sadhguru fait très peu référence à ce membre des Yoga Sutras de Patanjali. Toutefois, pendant le premier confinement mondial lié à la pandémie du coronavirus, il avait explicitement conseillé cette pratique. Dans son partage, on comprend pourquoi il n’en parlait pas forcément plus tôt. Effectivement, une pratique qui consiste à ne rien faire pendant plusieurs heures peut être inenvisageable ou même incompatible avec la vie dans le monde moderne pour nombreux d'entre nous. Et pourtant, c’est peut-être une des choses les plus importantes à réaliser.


Voici la vidéo, où Sadhguru partage ce qu’est Pratyahara :


6) Dharana, sixième membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Dharana" est le sixième membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, après les pratiques de Yama, Niyama, Asana, Pranayama et Pratyahara. "Dharana" est souvent traduit en français comme "concentration" ou "focus unidirectionnel." Il consiste à entraîner l'esprit à se concentrer sur un seul objet, pensée ou point de focalisation sans distraction. Le but de Dharana est d'atteindre une stabilité mentale et une attention unidirectionnelle, préparant ainsi les étapes suivantes de méditation plus profonde.

Aspects clés et principes de Dharana :

  • Focalisation sur un point de concentration : Dans Dharana, les pratiquants choisissent un point de focalisation spécifique sur lequel diriger leur attention. Ce point peut être un objet externe, comme une flamme de bougie ou une image, ou un point de focalisation interne, comme un mantra, un chakra ou le souffle.

  • Cultiver le calme mental : La pratique de Dharana exige de former l'esprit à rester stable et indemne de distractions externes ou internes. Cela implique de ramener l'esprit à l'objet de concentration chaque fois qu'il commence à errer.

  • Développer la focalisation unidirectionnelle : L'objectif ultime de Dharana est d'atteindre une focalisation unidirectionnelle, où l'esprit est pleinement absorbé dans l'objet de concentration. Cette absorption conduit à un état de profonde conscience méditative.

  • Préparation à la méditation : Dharana sert de préparation à la méditation (Dhyana) en tant que concentration soutenue est un prérequis pour atteindre des états méditatifs plus profonds. Cela aide à calmer les fluctuations de l'esprit (chitta vritti) et crée un état d'esprit plus réceptif à la méditation.

  • Pratiquer la présence d'esprit : Dharana permet de cultiver la présence d'esprit, où les pratiquants sont pleinement attentifs à leurs pensées, émotions et sensations corporelles sans être submergés par les distractions externes.

  • Applications dans la vie quotidienne : Dharana n'est pas seulement limité aux pratiques formelles de méditation, il peut être appliqué aux activités quotidiennes. En pratiquant la focalisation unidirectionnelle pendant les tâches courantes, les individus peuvent améliorer leur productivité, leur clarté et leur efficacité.

Dharana est un aspect essentiel du yoga, car il aide à affiner et à stabiliser l'esprit, conduisant à une plus grande clarté mentale, une conscience accrue de soi et une paix intérieure. Il sert de pont entre les pratiques externes d'asana, pranayama et pratyahara et les pratiques internes de méditation et de réalisation de soi. En progressant dans Dharana, les pratiquants se rapprochent naturellement de l'étape suivante, Dhyana (méditation), où la distinction entre l'objet de concentration et le méditant commence à se dissoudre, et un état de conscience continue émerge.


Dharana peut sembler être absent complètement du Yoga de Isha. Mais lors de la pratique des asanas ou de certains kriyas, l’instruction est de porter l’attention sur la respiration ou dans une certaine direction spatiale. De plus, dans certains ouvrages, Sadhguru propose de porter son attention de façon focalisée pendant plusieurs dizaines de minutes afin d’ouvrir certaines perceptions. Bien qu’il ne soit pas nommé explicitement, Dharana est une des composantes de quasiment l’ensemble des pratiques de Isha. Pour finir, dans Samyama, qui est la dernière pratique enseignée par la fondation Isha de Sadhguru, dharana est un des aspects clés explicités et utilisés. Nous le verrons plus tard dans la rubrique 8.


7) Dhyana, septième membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Dhyana" est le septième membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, après les pratiques de Yama, Niyama, Asana, Pranayama, Pratyahara et Dharana. "Dhyana" est souvent traduit en français comme "méditation" ou "contemplation." Il va au-delà de la concentration unidirectionnelle de Dharana et implique un état de concentration soutenue et sans effort, où le méditant devient complètement absorbé dans l'objet de méditation. Dhyana est une étape plus profonde et plus raffinée de tranquillité mentale et de conscience intérieure.

Aspects clés et principes de Dhyana :

  • Approfondissement de la concentration : Dhyana est caractérisé par un approfondissement et une continuité de la concentration. Le méditant reste concentré sur l'objet de méditation sans aucun effort ou interruption, et les distractions sont considérablement réduites.

  • Absence d'effort : Contrairement à Dharana, où un effort conscient est nécessaire pour maintenir la concentration, Dhyana est marqué par l'absence d'effort. Le méditant entre dans un état de flux, et le processus de concentration devient spontané et naturel.

  • Dissolution de la dualité : Dans Dhyana, la distinction entre le méditant et l'objet de méditation commence à se dissoudre. Il y a un sentiment d'unicité et d'unité lorsque le méditant devient pleinement absorbé dans l'expérience.

  • Calme intérieur : Dhyana conduit à un profond sentiment de calme intérieur et de tranquillité. L'esprit devient calme, et les fluctuations de pensées deviennent moins prononcées.

  • Détachement : Pendant Dhyana, le méditant pratique le détachement vis-à-vis des pensées et des expériences sensorielles. Au lieu de s'attacher aux pensées passagères, le méditant les observe avec détachement.

  • Conscience élargie : Dhyana permet une conscience élargie au-delà du plan physique et mental. Le méditant peut expérimenter un profond sentiment de connexion avec la conscience universelle ou une réalité supérieure.

  • Approfondissement de la réalisation de soi : Grâce à une méditation soutenue, les praticiens peuvent acquérir une vision de la nature réelle du soi et de la réalité. Dhyana offre une expérience directe de l'essence intérieure et de l'interconnexion de toute existence.

  • Présence consciente : Dhyana cultive une présence consciente, où le méditant est pleinement présent dans l'instant et expérimente chaque moment tel qu'il se déroule.

  • Préparation à Samadhi : Dhyana est une étape préparatoire pour le dernier membre du yoga, Samadhi. Au fur et à mesure que le méditant approche des états de méditation plus profonds, les frontières entre le méditant et l'objet de méditation continuent de se dissoudre.

Dhyana est une pratique transformatrice qui approfondit la conscience de soi, favorise la paix intérieure et permet une expérience directe de l'interconnexion de toute vie. C'est une étape intermédiaire entre les pratiques externes d'asana, pranayama et pratyahara et les pratiques internes de méditation et de réalisation de soi. À mesure que les praticiens progressent dans Dhyana, ils se rapprochent naturellement de l'état de Samadhi, où le méditant fusionne complètement avec l'objet de méditation et fait l'expérience d'une profonde réalisation spirituelle et d'une conscience d'unité.


Dans le Yoga de Isha, la fin de Shambhavi Mahamudra pourrait être apparentée à une invitation pour dhyana, bien que ce ne soit pas explicitement dénommée ainsi. Il s’agit tout de même d’une partie méditative, et pour Sadhguru le mot anglais méditation devrait faire exclusivement référence à dhyana. Dharana par exemple est plutôt la concentration que la médiation. Ce n’est pas parce qu’on a les yeux fermés qu’on médite forcément comme il s’amuse à le rappeler.


On pourrait probablement aussi classer Shoonya dans la rubrique dhyana. Shoonya signifie “rien” ou “néant”. C’est une pratique de consciente non-action. Il peut être vu comme une méditation profonde. Shoonya est la conscientisation profonde par l’expérience que l’on est ni le corps, ni le mental. Selon Sadhguru, c'est la partie la plus importante de sa transmission aux générations actuelles et futures. C'est une opportunité unique pour avancer sur son chemin spirituel de façon sûr.





8) Samadhi, dernier membre des Yoga Sutras de Patanjali

"Samadhi" est le huitième et dernier membre des Huit Membres du Yoga de Patanjali, après les pratiques de Yama, Niyama, Asana, Pranayama, Pratyahara, Dharana et Dhyana. "Samadhi" est souvent traduit en français comme "extase," "absorption," ou "union." Il représente le sommet du chemin du yoga et symbolise un état de profonde absorption méditative et de réalisation spirituelle.

Aspects clés et principes de Samadhi :

  • Union et unité : Dans Samadhi, le méditant éprouve un profond sentiment d'union et d'unité avec l'objet de méditation ou la conscience universelle. Les frontières entre le méditant et l'objet se dissolvent, aboutissant à un état d'unité et d'interconnexion.

  • Transcendance de l'ego : Samadhi se caractérise par la transcendance de l'ego et du sens du moi individuel. Le méditant va au-delà de l'identité limitée du soi et expérimente une connexion plus profonde avec le divin ou la conscience universelle.

  • Absorption sans effort : Contrairement aux étapes précédentes de concentration (Dharana) et de méditation (Dhyana), Samadhi est un état d'absorption spontanée et sans effort. Le méditant ne retient pas activement l'objet de méditation ; au contraire, il y a une fusion du sujet et de l'objet.

  • Au-delà du temps et de l'espace : Pendant Samadhi, le concept de temps et d'espace se dissout. Le méditant expérimente un état de conscience intemporel et illimité au-delà des limitations du monde physique.

  • Calme absolu : Samadhi est un état de calme mental absolu et de tranquillité. Toutes les fluctuations et les distractions mentales cessent, laissant le méditant dans un état de pure conscience.

  • Conscience unitaire : Samadhi conduit à l'expérience directe de la conscience unitaire, où le méditant réalise l'interconnexion de toute vie et l'unité fondamentale de l'existence.

  • Béatitude profonde : Samadhi s'accompagne d'un profond sentiment de béatitude et de joie. C'est une expérience de réalisation spirituelle profonde et de contentement.

  • Samadhi temporaire et permanent : Samadhi peut être vécu à différents degrés et durées. Certains pratiquants peuvent avoir des aperçus fugaces de Samadhi, tandis que d'autres peuvent atteindre un état d'éveil plus prolongé et durable.

  • Différentes étapes de Samadhi : Certaines traditions yogiques décrivent différentes étapes de Samadhi, avec des profondeurs et des subtilités croissantes. Ces étapes peuvent varier en fonction du degré d'absorption et de réalisation atteint par le méditant.

  • Intégration à la vie quotidienne : Bien que Samadhi soit une expérience spirituelle profonde, elle ne se détache pas de la vie quotidienne. Un pratiquant qui a expérimenté Samadhi intègre une conscience transformée dans les activités quotidiennes, manifestant un sens plus profond de compassion, de sagesse et de paix intérieure.

Il est essentiel de comprendre que Samadhi n'est pas quelque chose qui peut être forcé ou atteint par des efforts seuls. C'est le point culminant d'une pratique yogique dévouée et disciplinée sur une période prolongée. L'expérience de Samadhi est considérée comme rare et sacrée dans la tradition du yoga, marquant une étape profonde sur le chemin de la réalisation de soi et de la libération (moksha).


Dans le Yoga de Isha, "Samyama" fait référence à une pratique transmise qui combine les techniques de concentration (dharana), de méditation (dhyana) et d'absorption (samadhi) appliquées à un objet ou un aspect spécifique de l’expérience. Samyama est donc la réunion, la synthèse, des 3 derniers membres des Yoga Sutras de Patanjali.


Samyama, avant d’être une pratique, est aussi un programme résidentiel intensif dirigé par Sadhguru. Les participants passent 8 jours en silence complet, avec de longues heures de méditation. Il offre la possibilité aux individus de se libérer des liens du karma et de purifier leur système, ouvrant ainsi des portes vers des niveaux plus subtils d'expérience. Le programme offre aux participants la possibilité d'atteindre des niveaux élevés de conscience et de vivre des états de méditation explosifs en présence de Sadhguru.





Les trois étapes du samyama - dharana, dhyana et samadhi - travaillent en harmonie pour affiner et purifier la conscience du pratiquant. Samadhi est la culmination, où le pratiquant fait l'expérience d'un état d'unité, d'absorption complète et de transcendance.


"Samyama est un état où vous prenez pleinement conscience que vous n'êtes pas le corps, vous n'êtes pas l'esprit, vous n'êtes pas le monde autour de vous." - Sadhguru


Cela est censé conduire à un état où nous pouvons méditer 24h/24 à terme avec les yeux ouverts notamment. Alors le yoga devient un engagement de chaque instant.


Sadhguru distingue entre mukti samyama, shakti samyama et karma samyama. La pratique enseignée dans le Yoga de Isha est le karma samyama.


Le karma samyama est une pratique yogique qui traite de la loi du karma et de son impact sur la vie et les expériences de chacun. La pratique consiste à prendre conscience des empreintes karmiques et des schémas qui influencent les actions et les comportements. En développant une compréhension plus profonde du karma, on peut agir consciemment de manière à minimiser la génération de nouveaux karmas et à favoriser une transformation positive.

Le karma samyama habilite les individus à assumer la responsabilité de leurs actions et à se libérer du cycle de cause à effet, ce qui conduit finalement à une plus grande liberté et maîtrise de soi.



Conclusion

Pour conclure, le yoga de Isha est très complet en ce sens qu’aucun des membres des Yoga Sutras de Patanjali n’est laissé pour compte. Bien qu’on puisse classer les pratiques de Isha dans le cadre que propose Patanjali, on voit qu’il n’est pas si simple de cantonner une pratique à un et un seul membre. De nombreuses pratiques font appel à plusieurs membres des Yoga Sutras en même temps. Cela met en lumière le mérite que peut avoir la fondation Isha, en la personne de Sadhguru, de s’être adapté au monde moderne pour packager les pratiques de Yoga et pas simplement reprendre tel quel les us et coutumes.


Merci pour ta lecture de cet article. J’espère qu’il t’a donné envie d’en savoir plus sur le Yoga de Isha et surtout de le pratiquer.


Si c'est le cas, n'hésite pas à regarder les offres du Centre Nectar : - Retraites du 7 au 13 octobre 2023 - Parcours en janvier 2023 - Accompagnements individuels toute l'annéee

Tu peux aussi regarder notre contenu offert : - Yoga en ligne Il y a aussi des stages qui peuvent se faire avec notre enseignant du Centre Nectar, Srimanta, certifié par l'école de Hatha Yoga de la fondation Isha : - Stages


A bientôt

131 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page